Laurent Berger évoque le télétravail…

France Info – 10/09/2020
Télétravail et garde d’enfant

Le gouvernement a annoncé un dispositif de chômage partiel pour les parents qui doivent garder leur enfant à la maison et dont l’emploi n’est pas télétravaillable.

Pour le secrétaire général de la CFDT, « c’est une bonne nouvelle » mais « il y a un bémol » : « Il est dit dans les conditions restrictives que ça ne pourra pas concerner les personnes qui peuvent télétravailler. Lorsque vous avez un enfant qui a 13 ou 14 ans, vous allez être contraint d’être avec lui et télétravailler, ça passe objectivement. Lorsque vous avez des enfants qui sont petits et que votre activité est « télétravaillable », on rentre dans quelque chose d’assez difficile ». Le télétravail ne sera pas possible « durablement avec des enfants en bas âge à la maison » selon Laurent Berger.

A Lectra : Dans son courrier de jeudi dernier, Régis Bévillon a annoncé la possibilité de gérer les cas de télétravail et de garde d’enfant. « [Si] Votre organisation est perturbée par la garde de vos enfants à domicile ne vous autorisant qu’un télétravail à hauteur de 50 %. Le télétravail sera retenu à hauteur d’1/2 journée par jour, l’activité partielle sera sollicitée pour les 50 % restants ». L’appréciation de chaque salarié confronté à cette situation sera primordiale. Il devra éclairer son manager sur sa capacité à remplir ses fonctions.

Activité partielle

Le dispositif d’activité partielle permettant au salarié de percevoir 84% de son salaire net sera maintenu « jusqu’à l’été prochain », a fait savoir la ministre du Travail Elisabeth Borne. Le secrétaire national de la Cfdt juge que la mesure est bonne et constitue un bon parachute, comparé à certains pays où les salariés peuvent se retrouver sans rien.

A Lectra : Régis Bévillon nous a informé que « Lectra continuera à assurer le maintien à 100 % de la rémunération des collaborateurs concernés. »

Accord national interprofessionnel sur le télétravail

Les organisation patronales, le Medef en particulier, ont du mal à aller vers un accord. Laurent Berger estime que le télétravail recule, y compris dans son attrait, parce qu’il n’est pas cadré. Il souhaite un Accord au niveau national (ou pour le moins une Charte), qui permettra à chaque entreprise de négocier au sein d’un cadre. Il regrette le temps pris par les organisations patronales pour régler une question qui n’est pas très difficile à régler selon lui.

A Lectra : La Direction n’envisage pas d’élargir l’usage du télétravail « sanitaire » au delà de ce que prévoit le protocole gouvernemental, au grand regret des élus et des salariés. Par contre, sa position a changé concernant le télétravail régulier. Elle envisage de le mettre en place en 2021. A la Cfdt, nous souhaitons que les négociations commencent à l’automne pour une mise en place à partir du 1er janvier.

Soyez averti des prochaines publications : abonnez-vous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :